Les solutions anti-ronflement : laquelle choisir ?

Ils ne sont pas aussi anecdotiques que ce que l’on pourrait croire. Les ronflements peuvent en effet être le signe d’un syndrome d’apnées du sommeil. Ils sont également très néfastes à la vie de couple, surtout lorsque les ronflements deviennent chroniques et intenses.

Si vous avez pris conscience de l’inconfort que crée la ronchopathie, vous êtes sans doute à la recherche d’une solution pour la réduire, voire la neutraliser.

Les accessoires anti-ronflement sont nombreux sur le marché ; mais fonctionnent-ils vraiment ? Faut-il inévitablement passer par la case chirurgie ? Existe-t-il des solutions réellement efficaces, pratiques et à un prix abordable ?


Causes et conséquences du ronflement

La ronchopathie est ce bruit ronflant que produisent certains dormeurs durant leur sommeil. Ces ronflements intempestifs sont dus essentiellement à un relâchement des muscles de la gorge. Le voile du palais, la base de la langue et la luette notamment sont détendus et s’affaissent, encombrant le passage de l’air. Ce qui oblige souvent le dormeur à respirer la bouche ouverte. Les parois du pharynx et du larynx, mais aussi les joues et tous les tissus de la bouche et de la gorge vibrent et produisent un son pouvant atteindre jusqu’à 100 décibels.

Les causes sont diverses :

  • Le surpoids, voire l’obésité
  • L’âge, les hommes entre 50 et 70 ans étant les plus sujets au ronflement
  • L’hygiène de vie : tabac, alcool, manque d’exercice, fatigue…
  • Certaines dispositions anatomiques : forme de la mâchoire, du crâne, du cou et du visage, obstruction nasale, volume de la langue, positionnement du palais…
  • La prise de certains médicaments
  • Les affections ORL et les troubles respiratoires

Généralement, les ronflements sont associés à un sommeil de mauvaise qualité. Ainsi, les journées peuvent sembler longues et difficiles à affronter, entre manque de concentration, irritabilité et somnolence. Ils peuvent aussi être le signe d’un syndrome d’apnées du sommeil. Des périodes d’asphyxie courtes et répétées ont alors des conséquences parfois graves sur la santé et doivent être traitées.


Les solutions simples et naturelles contre les ronflements

Pour réduire vos ronflements et améliorer vos nuits et celles de la personne qui les partage avec vous, vous pouvez adopter ces quelques préceptes :

  • Dormir sur le côté ou sur le ventre pour faciliter la respiration
  • Manger léger le soir et éviter l’alcool pour éviter le relâchement des tissus pendant la nuit
  • Perdre du poids si nécessaire et faire de l’exercice pour stimuler les muscles de la gorge
  • Appliquer ou inhaler des huiles essentielles aux vertus décongestionnantes, antitussives et anti-inflammatoires : lavande, thym, cyprès, eucalyptus, menthe poivrée…

Les traitements chirurgicaux contre la ronchopathie

Dans certains cas, il est nécessaire de recourir à la chirurgie. Seul un médecin sera en mesure de déterminer le type d’opérations adapté à votre situation et à vos besoins. Il existe en effet différentes techniques pour mettre fin aux ronflements. La plupart du temps, il suffit de raccourcir le voile du palais et d’enlever tout ou partie de la luette. Les amygdales peuvent aussi être retirées si elles sont trop volumineuses. La chirurgie, le laser et la radiofréquence (somnoplastie) sont les principales techniques utilisées actuellement.


Les solutions anti-ronflement

De nombreux accessoires existent pour réduire, voire stopper, les ronflements. Ils sont adaptés aux différentes formes de ronflements, qu’ils viennent de la bouche, de la gorge ou du nez. Parmi les différents produits disponibles, vous pouvez opter pour :

  • Des bandelettes nasales, un clip nasal ou un écarteur nasal, des dilatateurs nasaux à placer sur ou dans les narines pour les maintenir ouvertes et faciliter le passage de l’air.
  • Un oreiller anti-ronflement, une ceinture dorsale, un t-shirt anti-ronflement… des accessoires qui rendent inconfortable la position sur le dos et vous incitent à dormir sur le côté ou sur le ventre.
  • Un bandeau anti-ronflement ou une mentonnière, qui maintient les mâchoires dans une position qui facilite la respiration.
  • Une bague anti-ronflement: portée à l’auriculaire gauche pendant la nuit, elle agit sur les méridiens selon les principes de l’acupuncture et réduit les ronflements.
  • Un bracelet électronique: porté au poignet, il envoie une impulsion dès qu’il détecte un ronflement, ce qui force le dormeur à changer de position.
  • Un spray nasal ou un pulvérisateur buccal: ces sprays vaporisent dans le nez ou dans la bouche une solution lubrifiante qui permet une meilleure respiration.
  • Un humidificateur diffuseur d'huiles essentiellesce petit objet est indispensable en appoint et d'autant plus si vous dormez avec une climatisation ou le chauffage. Son utilité est avérée et non négligeable pour vous aider à vous défaire efficacement de la ronchopathie.
  • Les pastilles anti-ronflement ou les languettes à sucer : elles lubrifient elles aussi la bouche tout en décongestionnant les voies respiratoires. Les languettes ont généralement une diffusion plus longue que les pastilles souvent vendus très chères en pharmacie  leur efficacité est contestée.
  • Une orthèse d’avancée mandibulaire: cette gouttière thermoformée permet d’avancer la mâchoire inférieure et de décoller la langue de la paroi postérieure de la bouche, ce qui réduit l’intensité des ronflements.
  • Une canule anti-ronflement: souple et en silicone, ce tube se glisse dans la bouche pour favoriser le passage de l’air vers le larynx.
  • Un électrostimulateur anti-ronflement: grâce à une électrode placée sous le menton, l’appareil stimule naturellement les muscles de la gorge afin de faciliter la respiration et de neutraliser les ronflements.

Si, malgré tout, les ronflements persistent, consultez votre médecin ou un ORL. Ces spécialistes sauront si la ronchopathie est le signe d’un syndrome d’apnées du sommeil et ils vous orienteront vers des solutions et traitements adaptés à votre situation.

Articles Récents