Ronflement : causes, conséquences et traitements

Quand on ne le subit pas directement, on a souvent tendance à négliger le ronflement. Pourtant, ce bruit qui berce le sommeil de nombreux dormeurs, souvent masculins, n’a rien d’anodin. Et il est souvent source de conflit avec la personne qui partage le même lit.

Quelles sont les causes et les conséquences de la ronchopathie ? Et comment mettre fin à ces ronflements qui perturbent votre sommeil et celui de vos voisins de chambrée.


Pourquoi ronfle-t-on ? Les mécanismes du ronflement

Le ronflement, ou ronchopathie, est le bruit qu’on émet pendant le sommeil alors que le passage de l’air est obstrué, le plus souvent par des organes dont les muscles sont au repos. Voile du palais, base de la langue et luette sont détendus et prennent davantage de place qu’à la normale. Ils obstruent les voies respiratoires et empêchent ainsi l’air de circuler correctement. Les joues et les tissus de la gorge vibrent, produisant ainsi un ronflement. Ce dernier est plus ou moins régulier et intense. Les ronflements peuvent atteindre les 100 décibels, l’équivalent d’un camion qui passerait dans la rue.


Les causes de la ronchopathie

Les causes du ronflement sont diverses. Dans la plupart des cas, c’est l’âge et l’embonpoint, auxquels est corrélé un relâchement musculaire général, qui sont responsables du ronflement. Les hommes entre 50 et 70 ans sont ainsi particulièrement touchés. D’autres facteurs entraînent la ronchopathie :

  • D’ordre anatomique : une mâchoire inférieure peu développée, un visage allongé, un cou court…
  • L’obésité, le surpoids
  • Une obstruction nasale, conséquence d’une rhinite, d’une ancienne fracture du nez, d’une déviation nasale, d’allergies…
  • La position du corps et de la tête pendant le sommeil
  • La prise de certains médicaments
  • Le tabac, qui irrite la gorge
  • La consommation de certains aliments et d’alcool avant le coucher, lesquels entraînent un relâchement musculaire

A savoir que les femmes sont elles aussi de plus en plus sujettes au ronflement, notamment parce qu’elles ont augmenté leur consommation d’alcool et de tabac. Les enfants peuvent aussi être concernés ; généralement, ce sont leurs amygdales qui sont en cause.


Les conséquences du ronflement et les précautions à prendre

Outre l’apparition de vives tensions au sein du couple, le ronflement, même s’il est bénin dans la plupart des cas, peut avoir des conséquences importantes, parfois graves. Ainsi, des ronflements chroniques et intenses peuvent indiquer un syndrome d’apnées du sommeil (SAS). Toute la nuit, sur des périodes de 10 secondes, le ronfleur ne respire plus. En apnée, l’organisme n’est plus oxygéné. Dès lors, les conséquences du ronflement deviennent d’autant plus handicapantes, à savoir :

  • Une grande fatigue, car il est impossible pour le ronfleur de rentrer dans un sommeil réparateur
  • Des troubles de la mémoire, de la concentration
  • De l’irritabilité et de l’angoisse
  • Des crises de somnolence
  • Une baisse de la libido
  • En cas d’apnées du sommeil, il existe des risques de troubles cardiaques, d’hypertension artérielle, voire d’infarctus

Dans tous les cas, il est conseillé de consulter un médecin ou un ORL afin d’analyser votre sommeil. En présence de certaines pathologies, il peut être nécessaire de suivre un traitement particulier et de recourir à une opération chirurgicale. En cas d’apnées du sommeil, le médecin peut aussi vous conseiller d’utiliser un dispositif de ventilation à domicile pendant la nuit.


Conseils et astuces pour réduire efficacement les ronflements

Pour réduire les ronflements, vous pouvez d’ores et déjà suivre ces quelques conseils :

  • Si vous êtes en surpoids, faites une cure d’amaigrissement et de l’exercice physique
  • Stimulez les muscles de la bouche et de la gorge en faisant du chant ou quelques exercices quotidiens
  • Dormez sur le côté ou, mieux, sur le ventre
  • Le soir, évitez de boire de l’alcool et de consommer des aliments trop riches et salés
  • Limitez, voire arrêtez, votre consommation de tabac
  • Soignez vos allergies, rhumes, sinusites… pour éviter de congestionner le nez et la gorge
  • Placez un humidificateur d’air dans la pièce si nécessaire

Avant tout, vous devez également prendre conscience de l’importance de vos ronflements et de la gêne qu’ils occasionnent. Pour cela, rien ne vaut un enregistrement sonore ou vidéo de votre nuit de sommeil.


Les solutions anti-ronflement

Ecarteur nasal, spray buccal, oreiller anti-ronflement, bandelettes nasales, orthèse d’avancée mandibulaire… Il existe de nombreux accessoires pour aider les ronfleurs à améliorer leur sommeil et celui de leur conjoint(e). Un dilatateur nasal maintient les narines ouvertes pour favoriser la circulation de l’air, tandis que les ceintures et oreillers empêchent le ronfleur de dormir sur le dos. Les sprays diffusent une solution lubrifiante pour améliorer la respiration ; pastilles et languettes anti-ronflement fonctionnent sur le même principe. Les orthèses permettent quant à elles de maintenir la mâchoire inférieure dans une position qui aide à désencombrer le passage de l’air respiratoire. Enfin, il existe des neurostimulateurs spécialement conçus pour aider les ronfleurs à mettre fin à la ronchopathie. Placé sous le menton, cet appareil envoie une impulsion dès qu’il perçoit une vibration dans l’os de la mâchoire inférieure. Pratique et efficace, il a été testé avec succès par des dizaines de ronfleurs. A votre tour de mettre fin à vos ronflements.

Articles Récents